Les toits des villes se parent de vert et de blanc

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Changer la couleur des toits des villes est une mesure efficace dans la lutte contre les îlots de chaleur, ces zones aux températures anormalement élevées. Mais attention, pas n'importe quelle couleur : des toits blancs et des toits verts!

Rose, violet, orange... Et non! C'est le blanc qui l'emporte dans la lutte contre les îlots de chaleur! Mais pourquoi le blanc? À cause de ses propriétés réfléchissantes bien sûr! Le blanc reflète les rayons du soleil et permet de conserver la fraîcheur, alors que les matériaux de couleurs sombres, comme le noir, emmagasinent la chaleur. C'est pour cela qu'en été, il vaut mieux porter des vêtements clairs pour avoir moins chaud! La capacité des surfaces à refléter le rayonnement solaire s'appelle l'albédo. Il est représenté sur une échelle de 0 à 1. Un haut albédo signifie que la surface réfléchit une grande quantité du rayonnement solaire. Par exemple, du béton usé a un albédo de 0,2 et une surface recouverte de peinture blanche a un albédo de 0,8. Peindre votre toit en blanc est une solution, mais il existe de nombreux autres matériaux performants pour recouvrir votre toiture, comme des membranes élastomères ou polyurées, des tuiles et des graviers pâles, dont les albédos sont plus élevés que ceux des matériaux classiques. Avec ces toits blancs ou pâles, la chaleur emmagasinée par le bâtiment est moindre et les besoins en climatisation aussi! À Montréal, dans l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, un règlement oblige désormais les propriétaires à choisir un toit blanc.

Mais il existe une solution encore plus efficace : les toits verts! On les appelle « verts », car ils sont recouverts de végétaux. Ce sont de jolis jardins aériens dans nos villes. L'installation de végétation sur les toits est une pratique courante dans plusieurs pays du monde, dont l'Allemagne, le Japon et les États-Unis. Elle est de plus en plus utilisée au Québec. Bien que l'installation végétale soit appropriée à tous les types de toits, les toits verts conviennent avant tout aux toits plats. Et il faut bien vérifier que le bâtiment puisse supporter le poids de toute l'installation avant de se lancer dans le projet.

Un toit végétal standard est constitué de plusieurs composants, principalement d'une structure portante, d'une couche d'isolation (si la toiture n'est pas ventilée), d'une couche étanche, d'une membrane antiracine, d'une section de drainage et de filtration et d'une membrane géotextile pour retenir la terre. Là-dessus, on peut installer une couche de terre qui permet la plantation de différents types de plantes.

Les toits verts réduisent la quantité de chaleur transférée du toit vers l'intérieur du bâtiment. L'ombre créée par les plantes et l'évapotranspiration (l'évaporation de l'eau contenue dans les plantes qui dégage de la fraîcheur) aident à diminuer la température. Tout cela permet de diminuer la consommation d'énergie liée à la climatisation et d'augmenter l'isolation thermique. Ça aide aussi à garder la chaleur en hiver.

Les toits verts permettent aussi de rafraîchir autour du bâtiment. Ils améliorent la qualité de l'air, car les plantes des toitures végétales fixent les poussières et divers polluants atmosphériques. Les toits verts offrent une meilleure durée de vie du toit. En effet, la toiture végétale protège des intempéries, de l'exposition aux rayons UV et des variations de température.

Ces jardins, petits paradis au cœur des villes, sont l'occasion de se détendre, mais aussi de pratiquer l'agriculture urbaine. Ils permettent une intégration plus esthétique des bâtiments au paysage. La ville de Toronto a déjà opté pour des réglementations qui obligent certains nouveaux bâtiments à verdir leurs toits. Autant de bonnes raisons pour changer la couleur de votre toit et modifier la ville durablement pour le bien de tous. Et vous, opteriez-vous pour un toit vert ou blanc?

Une chronique Mon climat, ma santé.

Source : Mesures de lutte aux îlots de chaleur urbains, Mélissa Giguère, INSPQ, 2009

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Carli
    04 février 2013 - 15:20

    Merci pour l'information! Je cherche quelqu'un pour faire mon toiture au laval. Et je pense que je vuex une toit vert maintenant!

  • alexandre
    09 octobre 2012 - 13:53

    Tres sympa l'article sur ces toits a montréal Je connaissais pas l'importance des couleurs des toits

  • marie-eve robinson
    28 juin 2012 - 13:14

    Bonjour , Bravo pour le vert et le blanc sur les toits. Il y a maintenant 10 ans que je fais des recherches et que je me renseigne sur les différents produits offert et leurs avantages. Maximiser l'isolation des toitures est aussi tres efficaces et profite plus longtemps au propriétaire en tant qu'économie d'énergie que de seulement utiliser un toit vert ou blanc.

    • Florence Danner
      Florence Danner
      10 juillet 2012 - 18:31

      Bonjour ! Merci beaucoup pour vos encouragements. C’est vrai que cette thématique est passionnante! En effet, une bonne isolation du toit permettra de limiter l'augmentation de la température ambiante intérieure et donc de faire des économies d'énergie et ce, même si le revêtement du toit du bâtiment est conventionnel. Cependant, ce toit conventionnel réchauffera l'air ambiant extérieur, ce qui contribue au phénomène d'îlots de chaleur urbains. Voilà l'intérêt d'utiliser les toits « frais » (verts ou blancs) et ce, même si le toit est bien isolé.